Les apollons, partie 2 : l’apollon !

Voici donc l’apollon, le plus grand, le plus rapide, celui qui se joue des rafales de vent et des dénivelés grâce à son vol puissant !

Apollon sur sa marguerite, recto. Sony A99, sigma 105mm macro.
Apollon sur sa marguerite, recto. Sony A99, sigma 105mm macro.

Continuer la lecture de « Les apollons, partie 2 : l’apollon ! »

Les apollons partie 1 : semi-apollon, le retour !

Les apollons partie 1 : semi-apollon, le retour !

J’ai déjà rencontré le semi-apollon, parnassius mnemosyne, il y a 4 ans, au pied du mont Thabor, en Savoie. Je n’avais pu faire que quelques photos d’un spécimen dont l’aile s’était froissée durant sa sortie de chrysalide. Ne pouvant voler, il était forcément moins prompt à s’enfuir que les autres…

Semi-apollon posé sur un pissenlit. Parfois le support est bien choisit mais cela reste rare !
Semi-apollon posé sur un pissenlit. Parfois le support est bien choisit mais cela reste rare ! Sony A99, 100mm, f/4,5.

Continuer la lecture de « Les apollons partie 1 : semi-apollon, le retour ! »

Essai du Sony-Zeiss Distagon T* 24mm F2 SSM en paysage et proxy-photo.

En regardant les objectifs grand-angles disponibles en monture A, il y en a un se détachant du lot : le Sony-Zeiss 24mm F2 SSM !

IMG_0990

Pourquoi cet objectif parmis le reste de la gamme ? Car cette focale fixe offre des caractéristiques très intéressantes !

Continuer la lecture de « Essai du Sony-Zeiss Distagon T* 24mm F2 SSM en paysage et proxy-photo. »

Plaine des Maures : Lézards ocellés, Tortues d’Hermann et Sérapias !

Retour dans la plaine des Maures !

Un peu plus de deux après ma première et seconde visite de la Réserve Naturelle, me voici de nouveau à explorer dalles rocheuses et cours d’eau temporaires pour une dizaine de jours mais cette fois-ci au printemps avec un objectif particulier : le lézard ocellé !

Lézard ocellé à l'entrée de son gîte, plaine des Maures
Lézard ocellé à l’entrée de son gîte, prenant le soleil !

Continuer la lecture de « Plaine des Maures : Lézards ocellés, Tortues d’Hermann et Sérapias ! »

Lightroom, aperçus dynamiques et 1:1 ou comment aider les ordinateurs fatigués !

lightroom-cc

“Le volume de stockage est presque plein”. Ce petit message m’est adressé par l’ordinateur deux ou trois fois dans l’année et me signale gentiment que le disque dur sur lequel je stocke mes photos va bientôt déborder !

Continuer la lecture de « Lightroom, aperçus dynamiques et 1:1 ou comment aider les ordinateurs fatigués ! »

Cascades et rivière gelées : l’hiver dans le Jura !

DSC02903-Panorama

C’est l’hiver dans le Jura ! Et avec lui la neige et les températures négatives.

Les paysages se transforment et les bruits disparaissent, absorbés par le froid ; la vie sauvage se fait plus discrète, économisant son énergie. Seul le son des rivières ne change pas.

Continuer la lecture de « Cascades et rivière gelées : l’hiver dans le Jura ! »

Une journée au Creux-du-Van, territoire du bouquetin.

Grand bouquetin et ses çabris dans la lumière matinale.
Grand bouquetin et ses çabris dans la lumière matinale.

Je n’avais jamais vu de bouquetin auparavant, alors quand j’ai découvert l’existence d’un lieu où ceux-ci étaient présents près de chez moi je n’ai pas hésité longtemps et j’y suis allé !

Continuer la lecture de « Une journée au Creux-du-Van, territoire du bouquetin. »

Photographier la voie lactée.

Quel photographe n’a pas été impressionné par ces superbes photos nocturnes montrant la voie lactée, remplie d’étoiles toutes plus lumineuses les unes que les autres, surplombant une montagne ou un monument grandiose ?

Et bien si la montagne se trouve de l’autre côté de la planète, la voie lactée elle, est visible de n’importe où ! Alors enfilons nos chaussures et allons la photographier !

Le mont Mézenc, d'origine volcanique, culmine à 1 753 m d'altitude. Il est situé sur la même ligne de crête que le mont Gerbier de Jonc, entre Velay et Vivarais dans le massif du Mézenc au sein du Massif central.
Voie lactée au dessus des deux sommets du Mont Mézenc. 14mm, f2,8, 20 secondes, 3200 isos.

Continuer la lecture de « Photographier la voie lactée. »

Préparer une sortie photo macro. Parce que se lever à 5h du matin pour rien ce n’est pas drôle !

Vous avez vu sur un forum, un site, un blog (celui-ci peut être ;) ) de belles photos d’insectes couverts de rosée au lever du soleil. La belle lumière et les gouttelettes brillantes vous ont donné envie de faire, vous aussi, ce type de photo.

Courageux, vous avez réglé le réveil de façon à être sur le site un peu avant le lever du soleil.

DSC06402
Si la température est trop élevée, la rosée disparait en quelques minutes. Privilégiez les matinées fraiches pour pouvoir en profiter ! Libellule à quatre tâches, 105mm macro.

Le site ? Une prairie où vous voyez souvent voler des papillons et quelques grosses libellules. Ils doivent bien se poser quelque part pour dormir non ? Avec un peu de chance vous les trouverez ce matin !

En arrivant devant la prairie, le ciel se teinte de ses premières couleurs. Vous vous rendez vite compte que la forêt qui borde la prairie va laisser le site dans l’ombre pendant au moins une heure, le temps que le soleil passe au dessus de la cime des arbres. Adieu la belle lumière !

Pas complètement découragé, vous vous mettez en quête des libellules aperçues la veille. Quête qui reste sans résultat. D’ailleurs c’est inutile car ces libellules invisibles sont des genres aeschnes et anax, passant, pour la plupart des espèces, la nuit dans les arbres.

Un peu déçu, vous avez quand même pu photographier un petit argus, placé un peu à l’ombre. La rosée ? Avec cette chaleur, cela fait 30 minutes qu’elle s’est évaporée.

Pourtant, quelques outils et recherches vous auraient permis d’aller directement vers une autre prairie, à quelques kilomètres de là, bien éclairée et riche en petites bêtes où vos photos auraient été sans aucuns doutes meilleurs !

Pour éviter ce genre déconvenue, voyons comment préparer la prochaine sortie macro !

Continuer la lecture de « Préparer une sortie photo macro. Parce que se lever à 5h du matin pour rien ce n’est pas drôle ! »

La fritillaire pintade, tulipe des prairies inondables.

Fritillaire pintade dans une prairie inondable de Saône.
Ma première fritillaire pintade. Le téléobjectif posé au sol permet de détacher la fleur de son environnement.

Lorsque je suis arrivé dans le Jura, l’une des premières choses que j’ai faite a été de chercher les espèces animales et végétales présentes dans la région. Et là, surprise, la fritillaire pintade se trouve à environ une heure de route !

Cette fleur, de la famille des tulipes, est présente uniquement dans les prairies inondables, comme celles situées au bord de la Saône, en Saône et Loire, département voisin du Jura.

Pas question donc de rater cette chance de découvrir cette fritillaire, très photogénique, que je n’avais jamais vue !

Continuer la lecture de « La fritillaire pintade, tulipe des prairies inondables. »