Les apollons, partie 2 : l’apollon !

Voici donc l’apollon, le plus grand, le plus rapide, celui qui se joue des rafales de vent et des dénivelés grâce à son vol puissant !

Apollon sur sa marguerite, recto. Sony A99, sigma 105mm macro.
Apollon sur sa marguerite, recto. Sony A99, sigma 105mm macro.

Continuer la lecture de « Les apollons, partie 2 : l’apollon ! »

Les apollons partie 1 : semi-apollon, le retour !

Les apollons partie 1 : semi-apollon, le retour !

J’ai déjà rencontré le semi-apollon, parnassius mnemosyne, il y a 4 ans, au pied du mont Thabor, en Savoie. Je n’avais pu faire que quelques photos d’un spécimen dont l’aile s’était froissée durant sa sortie de chrysalide. Ne pouvant voler, il était forcément moins prompt à s’enfuir que les autres…

Semi-apollon posé sur un pissenlit. Parfois le support est bien choisit mais cela reste rare !
Semi-apollon posé sur un pissenlit. Parfois le support est bien choisit mais cela reste rare ! Sony A99, 100mm, f/4,5.

Continuer la lecture de « Les apollons partie 1 : semi-apollon, le retour ! »

Plaine des Maures : Lézards ocellés, Tortues d’Hermann et Sérapias !

Retour dans la plaine des Maures !

Un peu plus de deux après ma première et seconde visite de la Réserve Naturelle, me voici de nouveau à explorer dalles rocheuses et cours d’eau temporaires pour une dizaine de jours mais cette fois-ci au printemps avec un objectif particulier : le lézard ocellé !

Lézard ocellé à l'entrée de son gîte, plaine des Maures
Lézard ocellé à l’entrée de son gîte, prenant le soleil !

Continuer la lecture de « Plaine des Maures : Lézards ocellés, Tortues d’Hermann et Sérapias ! »

Préparer une sortie photo macro. Parce que se lever à 5h du matin pour rien ce n’est pas drôle !

Vous avez vu sur un forum, un site, un blog (celui-ci peut être ;) ) de belles photos d’insectes couverts de rosée au lever du soleil. La belle lumière et les gouttelettes brillantes vous ont donné envie de faire, vous aussi, ce type de photo.

Courageux, vous avez réglé le réveil de façon à être sur le site un peu avant le lever du soleil.

DSC06402
Si la température est trop élevée, la rosée disparait en quelques minutes. Privilégiez les matinées fraiches pour pouvoir en profiter ! Libellule à quatre tâches, 105mm macro.

Le site ? Une prairie où vous voyez souvent voler des papillons et quelques grosses libellules. Ils doivent bien se poser quelque part pour dormir non ? Avec un peu de chance vous les trouverez ce matin !

En arrivant devant la prairie, le ciel se teinte de ses premières couleurs. Vous vous rendez vite compte que la forêt qui borde la prairie va laisser le site dans l’ombre pendant au moins une heure, le temps que le soleil passe au dessus de la cime des arbres. Adieu la belle lumière !

Pas complètement découragé, vous vous mettez en quête des libellules aperçues la veille. Quête qui reste sans résultat. D’ailleurs c’est inutile car ces libellules invisibles sont des genres aeschnes et anax, passant, pour la plupart des espèces, la nuit dans les arbres.

Un peu déçu, vous avez quand même pu photographier un petit argus, placé un peu à l’ombre. La rosée ? Avec cette chaleur, cela fait 30 minutes qu’elle s’est évaporée.

Pourtant, quelques outils et recherches vous auraient permis d’aller directement vers une autre prairie, à quelques kilomètres de là, bien éclairée et riche en petites bêtes où vos photos auraient été sans aucuns doutes meilleurs !

Pour éviter ce genre déconvenue, voyons comment préparer la prochaine sortie macro !

Continuer la lecture de « Préparer une sortie photo macro. Parce que se lever à 5h du matin pour rien ce n’est pas drôle ! »

La migration des passereaux en Vendée, à la pointe de l’Aiguillon.

La pointe de l’Aiguillon est un site de passage important pour les passereaux en migration. Hirondelles, linottes, bergeronnettes, chardonnerets, faucons, éperviers et même balbuzards pêcheurs arrivent au bout de cette langue de terre.

La pointe agit comme un entonnoir. Les passereaux volant vers le sud en suivant le trait de côte ou ceux arrivant de l’intérieur des terres, se retrouvent en partie concentrés ici, au point offrant le temps de vol le plus court pour traverser la baie de l’Aiguillon.

Levé de soleil à la pointe de l'Aiguillon, Vendée.
Pointe de l’Aiguillon au lever du soleil. Sony A99, 70-200 ssm. Panoramique par assemblage.

Continuer la lecture de « La migration des passereaux en Vendée, à la pointe de l’Aiguillon. »

Aeschne bleue et épeire fasciée, deux sujets de fin d’été.

Ça y est, voici le mois de septembre ! Nos petites bêtes favorites sont toujours là mais il faut bien admettre qu’elles se font plus rares suivant l’endroit de France où on se trouve. Ce n’est plus l’effervescence de début juillet.

Faudrait-il déjà ranger le matériel en attendant la saison prochaine ? Bien sur que non !!

Car si le calendrier des insectes et autres bestioles a prévu des sujets en mars-avril pour commencer la saison, il en a aussi prévu pour le mois de septembre (et même octobre pour les plus chanceux) pour la finir en beauté !

Aeschne bleue femelle, l'une des grandes odonates de fin de saison. Sony A99, 105mm macro.
Aeschne bleue femelle, l’une des grandes odonates de fin de saison. Sony A99, sigma 105mm macro.

Continuer la lecture de « Aeschne bleue et épeire fasciée, deux sujets de fin d’été. »

Les grosses petites bêtes du sud, deuxième partie !

Il est maintenant temps de quitter la friche pour se diriger vers la lisière de la forêt. La nuit tombante laisse entendre le vrombissement de gros coléoptères, très gros même puisque le lucane cerf-volant, Lucanus cervus, peut dépasser les 8 centimètres de long !

Lucanus cervus à la recherche d'une femelle.
Lucanus cervus à la recherche d’une femelle.

Continuer la lecture de « Les grosses petites bêtes du sud, deuxième partie ! »

Les grosses petites bêtes du sud !!!

Ah le sud !! Pays du rosé et de la bronzette mais aussi du moustique tigre, du scorpion languedocien et de la lycose de Narbonne.

A l’instar des vendeurs de glaces, les petites bêtes se portent mieux sous les rayons du soleil au point de n’être plus si petites que ça. Plus imposantes, pour certaines plus colorées et bruyantes (chères cigales…), chacune est un sujet d’émerveillement !

Voici donc quelques-uns des insectes et araignées que j’ai pu rencontrer lors de ce passage dans le sud. Commençons par la friche et son plus grand prédateur : l’argiope lobée, Argiope lobata !

Argiope lobata dans la garrigue, dégustant un criquet.
Argiope lobata dans la garrigue, dégustant un criquet.

Continuer la lecture de « Les grosses petites bêtes du sud !!! »

La Cicindèle champêtre, terreur du bac à sable !!

DSC09973
Sony A99, 105mm macro et flash.

Sur le tas de sable occupé par les abeilles solitaires un insecte cour à toute vitesse à la poursuite des fourmis. Cette petite bête c’est la cicindèle champêtre, coléoptère vert métallique aux mandibules redoutables !

Continuer la lecture de « La Cicindèle champêtre, terreur du bac à sable !! »

Le réveil des abeilles en vidéo !

Comme la plupart des reflex aujourd’hui, le sony Alpha 99 filme. A moi la faible profondeur de champ, la mise au point manuelle sur l’écran orientable, le contrôle de tous les paramètres, les ralentis ultra-fluides. Bref, les oscars ne sont pas loin ! Enfin presque.

Parce que la video c’est aussi une histoire, différents plans, une bande son, un montage… et tout ça est loin d’être évident !

Voici donc un premier montage sur les andrènes vagues, qui permet, je l’espère, de se rendre compte du nombre de ces abeilles et de l’effervescence qui règne sur cette bourgade !

A regarder en HD si possible, c’est plus joli ;)