Plaine des Maures : Lézards ocellés, Tortues d’Hermann et Sérapias !

Retour dans la plaine des Maures !

Un peu plus de deux après ma première et seconde visite de la Réserve Naturelle, me voici de nouveau à explorer dalles rocheuses et cours d’eau temporaires pour une dizaine de jours mais cette fois-ci au printemps avec un objectif particulier : le lézard ocellé !

Lézard ocellé à l'entrée de son gîte, plaine des Maures
Lézard ocellé à l’entrée de son gîte, prenant le soleil !

Continuer la lecture de « Plaine des Maures : Lézards ocellés, Tortues d’Hermann et Sérapias ! »

Préparer une sortie photo macro. Parce que se lever à 5h du matin pour rien ce n’est pas drôle !

Vous avez vu sur un forum, un site, un blog (celui-ci peut être ;) ) de belles photos d’insectes couverts de rosée au lever du soleil. La belle lumière et les gouttelettes brillantes vous ont donné envie de faire, vous aussi, ce type de photo.

Courageux, vous avez réglé le réveil de façon à être sur le site un peu avant le lever du soleil.

DSC06402
Si la température est trop élevée, la rosée disparait en quelques minutes. Privilégiez les matinées fraiches pour pouvoir en profiter ! Libellule à quatre tâches, 105mm macro.

Le site ? Une prairie où vous voyez souvent voler des papillons et quelques grosses libellules. Ils doivent bien se poser quelque part pour dormir non ? Avec un peu de chance vous les trouverez ce matin !

En arrivant devant la prairie, le ciel se teinte de ses premières couleurs. Vous vous rendez vite compte que la forêt qui borde la prairie va laisser le site dans l’ombre pendant au moins une heure, le temps que le soleil passe au dessus de la cime des arbres. Adieu la belle lumière !

Pas complètement découragé, vous vous mettez en quête des libellules aperçues la veille. Quête qui reste sans résultat. D’ailleurs c’est inutile car ces libellules invisibles sont des genres aeschnes et anax, passant, pour la plupart des espèces, la nuit dans les arbres.

Un peu déçu, vous avez quand même pu photographier un petit argus, placé un peu à l’ombre. La rosée ? Avec cette chaleur, cela fait 30 minutes qu’elle s’est évaporée.

Pourtant, quelques outils et recherches vous auraient permis d’aller directement vers une autre prairie, à quelques kilomètres de là, bien éclairée et riche en petites bêtes où vos photos auraient été sans aucuns doutes meilleurs !

Pour éviter ce genre déconvenue, voyons comment préparer la prochaine sortie macro !

Continuer la lecture de « Préparer une sortie photo macro. Parce que se lever à 5h du matin pour rien ce n’est pas drôle ! »

La Spiranthe d’Automne, star du talus !

C’est l’automne, la saison de la spiranthe d’automne (hé oui…) ! La majorité des orchidées fleurissent au printemps  mais Spiranthes spiralis a décidé de ne pas faire comme tout le monde.

Spiranthe d'automne, Spiranthes spiralis et sa fourmi
Nikon D2x, 180mm macro.

Continuer la lecture de « La Spiranthe d’Automne, star du talus ! »

Les Sabots de Vénus du Mont Granier, massif de la Chartreuse

Au nord du parc naturel régional de Chartreuse, sous les pentes du mont Granier, se trouve une des plus importantes concentrations de sabots de Vénus d’Europe. Cette très grande et spectaculaire orchidée que j’avais vu pour la première fois dans les forêts sombres du Vercors pousse ici au milieux d’un bois de résineux clair, plus pratique pour la photographie.

Sur cette station il est possible de trouver des spécimens de Cypripedium calceolus à doubles fleurs, très rares, comme celle sur la photo illustrant cet article.

Sabots de Vénus à fleurs doubles. Nikon 200mm F2.
Sabots de Vénus à fleurs doubles. Nikon 200mm F2.

Cette orchidée montagnarde  se sert de son impressionnant labelle jaune pour piéger les insectes pollinisateurs. Attirés par la couleur vive du sabot de Vénus, ils entrent dans le labelle à la recherche de nectar. En vain, car il n’y en a pas ! L’insecte tourne et retourne dans le labelle et finit par trouver la sortie ou il rentre obligatoirement en contact avec les étamines, se chargeant ainsi en pollen, qu’il transportera jusqu’à un autre sabot de Vénus.

Les sabots de Vénus, orchidées montagnardes.

Sabot de Venus, Vercors.

Le sabot de Vénus est une des plus grandes orchidées de France puisqu’elle peut mesurer jusqu’à 60 cm de haut. Elle pousse principalement à l’intérieur des forêts montagnardes. C’est aussi une espèce protégée, classée “vulnérable” au niveau national.

Sur cette station du Vercors, au milieu des hêtres et des buis, seuls quelques pieds de Cypripedium calceolus, les mieux éclairés, étaient en fleur, dont ces quatre là, semblant attendre le passage des randonneurs sur le chemin.

L’orchis tridenté et sa thomise

Orchis tridenté et thomise

Photographier les orchidées, c’est bien mais quand on peut les photographier avec leurs “habitants” c’est mieux !

En passant de fleur en fleur j’ai reperé cette thomise à l’affut au milieu de la masse rose et blanche des pétales de cet orchis tridenté.

Elle a pris la pose quelques minutes me laissant essayer plusieurs cadrages puis a fait le tour de l’orchidée pour se placer sur un coté sans objectif !

Orchidée, le retour !

Orchis pyramidal

Voici, pour une fois, une image “d’archive” sortie du fond du disque dur. Cet orchis pyramidal, Anacamptis pyramidalis , a été photographié en juin, sur une colline ensoleillée de l’Oise, au bord de l’Epte.
L’objectif à portrait et le boitier à capteur 24*36 utilisés à l’occasion m’ont permis de donner un aspect vaporeux à la fleur, en oubliant pour cette fois, la recherche du piqué maximum : une voie à explorer pour les photos du prinptemps prochain, allongé dans les pelouses calcaires !