Plaine des Maures : Lézards ocellés, Tortues d’Hermann et Sérapias !

Retour dans la plaine des Maures !

Un peu plus de deux après ma première et seconde visite de la Réserve Naturelle, me voici de nouveau à explorer dalles rocheuses et cours d’eau temporaires pour une dizaine de jours mais cette fois-ci au printemps avec un objectif particulier : le lézard ocellé !

Lézard ocellé à l'entrée de son gîte, plaine des Maures
Lézard ocellé à l’entrée de son gîte, prenant le soleil !

Ce grand lézard, le plus grand de France, me tenait à coeur, ma première et seule observation datant de l’année dernière. Depuis, rien !

Or la plaine des Maures abrite une belle population. J’arpente les sentiers, jumelles en mains à la recherche du reptile. L’animal est farouche et mon premier lézard me repère à 50m et s’enfuit ! Cela va demander un peu de patience…

En deux jours je trouve 4 lézards semblant fidèles à leurs gites (une cavité sous une pierre). L’approche est assez difficile et il m’est impossible d’arriver à quelques mètres de l’animal sans quand celui-ci ne se réfugie dans sa cachette. L’affut s’impose donc comme la seule option.

Lézard ocellé à l'entrée de son gîte, plaine des Maures
Lézard ocellé à l’entrée de son gîte, plaine des Maures

Celui-ci est très simple : un filet de camouflage entre deux buissons ! Ce qui compte c’est l’immobilité.

Une fois assuré qu’il n’y a plus de mouvement étrange autour de lui (ce qui peut prendre une bonne vingtaine de minutes), le lézard continue ses occupations.

Mais les lézards ocellés ne sont pas les seuls sujets photographiques de la plaine des Maures, loin de là.

Le printemps est d’ailleurs la saison idéale ! La nature explose, la plaine se remplit de couleurs. Le paysage vert et ocre est parsemé du jaune des tulipes et des iris et du mauve des sérapias.

Tulipe sauvage dans la plaine des Maures, Var.
Tulipe sauvage.

Photographier les lézards me laisse également le temps de me consacrer aux fleurs. En effet, les reptiles ne sortent qu’une fois le soleil assez haut dans le ciel et regagnent leurs gîtes dès que celui-ci ne chauffe plus assez. Les belles lumières du matin et du soir sont donc mises à profit pour photographier les fleurs et les paysages !

Sérapias négligé, plaine des Maures, Var
Sérapias négligé

J’ai également eu l’occasion de rencontrer quelques tortues d’Hermann, animal phare de la réserve naturelle.

Celle-ci courait sur la dalle rocheuse à toute vitesse (si si, l’animal est assez dynamique quand il l’a décidé !) et s’est arrêté à mon approche, suspectant un danger.

Une fois rassurée, elle m’a rapidement contourné pour continuer son chemin !

Tortue d'Hermann, plaine des Maures
Tortue d’Hermann s’apprêtant à passer le mur du son !

Les insectes sont un peu moins nombreux par rapport à ce j’ai pu voir en été et en automne mais un de mes papillons préféré est présent : la Diane que je n’avais pas vue depuis 4 ans !

DSC05095
Diane se chauffant au soleil.

Elles sont assez nombreuses mais réparties sur une très grande surface, en trouver une posée le matin relève donc plus du hasard qu’autre chose !

Paysage aride et rocheux de la plaine des Maures
Dalles rocheuses, repaire des lézards ocellés !

Les paysages ne sont pas en reste. La lumière est encore assez douce aux premières heures du jour, mettant en valeur les reliefs rocheux et les couleurs de la végétation.

Paysage aride et rocheux de la plaine des Maures
Paysage aride et rocheux.

Ce milieu naturel est tellement riche qu’il est impossible d’en faire le tour en seulement dix jours ! Voici cependant, un petit aperçu des milieux et espèces qu’il est possible d’y apercevoir au printemps, en espérant que cela vous donne envie d’aller visiter cette plaine des Maures.

Lézard ocellé à l'entrée de son gîte, plaine des Maures
Lézard ocellé à l’entrée de son gîte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge