Cascades et rivière gelées : l’hiver dans le Jura !

DSC02903-Panorama

C’est l’hiver dans le Jura ! Et avec lui la neige et les températures négatives.

Les paysages se transforment et les bruits disparaissent, absorbés par le froid ; la vie sauvage se fait plus discrète, économisant son énergie. Seul le son des rivières ne change pas.

Continuer la lecture de « Cascades et rivière gelées : l’hiver dans le Jura ! »

La remontée de la truite lacustre !

truite fario lacustre remontant une cascade.
Le saut de la truite lacustre ! Sony A99, 70-200 G, F9, 1/800.

Hé non, ceci n’est pas un saumon mais bien une truite ! Une truite grosse comme un saumon ! Mais attention, il ne s’agit pas de la truite arc-en-ciel que vous trouverez à la poissonnerie mais d’une truite fario lacustre alias Salmo trutta lacrustis.

Continuer la lecture de « La remontée de la truite lacustre ! »

Un automne dans le Jura.

C’est la fin de l’automne ! Dans le Jura, presque toutes les feuilles sont tombées des arbres, en plaine comme en montagne.

On commence donc par un petit tour aux Cascades du Hérisson. L’automne ayant été très sec, notre Hérisson n’a pas un débit très important. Néanmoins, il était possible de trouver un peu d’eau et de belles couleurs !

Cascade du Hérisson, automne, Jura
Cascade du Hérisson.

Continuer la lecture de « Un automne dans le Jura. »

La technique du filé d’eau ou comment photographier des cascades en pose longue !

cascade des tufs en pose longue, eau filée grâce à un filtre gris neutre
Cascade des tufs, Planches-près-Arbois. 2,5 secondes de pose.

Quel photographe débutant, devant une photo de filé d’eau, ne s’est pas demandé “Comment est prise cette photo ?”. Et bien ne cherchez plus, la réponse se trouve dans les lignes qui suivent !

Pour cet article, je me suis rendu à la cascade des tufs, sur la commune des Planches près Arbois, dans le Jura. Cette cascade, alimentée par la Cuisance, est magnifique et la rivière en amont et en aval l’est tout autant. Si vous avez l’occasion de venir dans le Jura, ne manquez pas ce site, très facile d’accès, en évitant l’été ou le débit de la cascade des planches est au plus bas.

Continuer la lecture de « La technique du filé d’eau ou comment photographier des cascades en pose longue ! »

La migration des passereaux en Vendée, à la pointe de l’Aiguillon.

La pointe de l’Aiguillon est un site de passage important pour les passereaux en migration. Hirondelles, linottes, bergeronnettes, chardonnerets, faucons, éperviers et même balbuzards pêcheurs arrivent au bout de cette langue de terre.

La pointe agit comme un entonnoir. Les passereaux volant vers le sud en suivant le trait de côte ou ceux arrivant de l’intérieur des terres, se retrouvent en partie concentrés ici, au point offrant le temps de vol le plus court pour traverser la baie de l’Aiguillon.

Levé de soleil à la pointe de l'Aiguillon, Vendée.
Pointe de l’Aiguillon au lever du soleil. Sony A99, 70-200 ssm. Panoramique par assemblage.

Continuer la lecture de « La migration des passereaux en Vendée, à la pointe de l’Aiguillon. »

Aeschne bleue et épeire fasciée, deux sujets de fin d’été.

Ça y est, voici le mois de septembre ! Nos petites bêtes favorites sont toujours là mais il faut bien admettre qu’elles se font plus rares suivant l’endroit de France où on se trouve. Ce n’est plus l’effervescence de début juillet.

Faudrait-il déjà ranger le matériel en attendant la saison prochaine ? Bien sur que non !!

Car si le calendrier des insectes et autres bestioles a prévu des sujets en mars-avril pour commencer la saison, il en a aussi prévu pour le mois de septembre (et même octobre pour les plus chanceux) pour la finir en beauté !

Aeschne bleue femelle, l'une des grandes odonates de fin de saison. Sony A99, 105mm macro.
Aeschne bleue femelle, l’une des grandes odonates de fin de saison. Sony A99, sigma 105mm macro.

Continuer la lecture de « Aeschne bleue et épeire fasciée, deux sujets de fin d’été. »

Les grosses petites bêtes du sud, deuxième partie !

Il est maintenant temps de quitter la friche pour se diriger vers la lisière de la forêt. La nuit tombante laisse entendre le vrombissement de gros coléoptères, très gros même puisque le lucane cerf-volant, Lucanus cervus, peut dépasser les 8 centimètres de long !

Lucanus cervus à la recherche d'une femelle.
Lucanus cervus à la recherche d’une femelle.

Continuer la lecture de « Les grosses petites bêtes du sud, deuxième partie ! »

Une araignée au bord de l’eau.

Grâce (ou à cause des…) aux premières chaleurs et aux journées ensoleillées les moustiques sont enfin revenus parmi nous ! Heureusement, depuis le bord de l’étang qui les a vu naitre, les araignées les attendent de pieds fermes ! Au milieu des joncs, les petites tétragnathes effectuent leurs voyages aériens, accrochant les fils qui maintiendront leurs toiles en suspension au dessus de l’eau.

L'araignée du bord de l'eau-2
Continuer la lecture de « Une araignée au bord de l’eau. »

A la découverte de la tourbière…

Ambiance brumeuse ce matin sur la tourbière des Creusates. Les nuages passent lentement au dessus des sommets du massif des Bauges, laissant au passage de petites gouttelettes au sommet des hautes herbes. Pas un bruit ne vient de cette grande zone humide, le froid et la rosée empêche les criquets de chanter.

Tourbière des creusates - Nikon D2x, 200mm f2,5.
Pas un bruit, pas un souffle de vent… – Nikon D2x, 200mm f2,5.

Continuer la lecture de « A la découverte de la tourbière… »