L’aeschne des joncs : portrait d’une libellule d’altitude !

Le silence règne presque au bord du lac. “Presque” car il faut exclure le bruit des nombreux visiteurs, des chiens, des voitures et des motos…mais après tout le lac Guichard est accessible à tout le monde !

Aeschne des joncs en fin d’émergence, après la pluie.

De ce “presque-silence” émerge parfois un bruissement que l’oreille ne tarde pas à repérer et dont les yeux découvrent l’origine : une grande libellule bleue volant au raz de la végétation aquatique, l’aeschne des joncs ! Continuer la lecture de « L’aeschne des joncs : portrait d’une libellule d’altitude ! »

Les apollons, partie 2 : l’apollon !

Voici donc l’apollon, le plus grand, le plus rapide, celui qui se joue des rafales de vent et des dénivelés grâce à son vol puissant !

Apollon sur sa marguerite, recto. Sony A99, sigma 105mm macro.
Apollon sur sa marguerite, recto. Sony A99, sigma 105mm macro.

Continuer la lecture de « Les apollons, partie 2 : l’apollon ! »

Les apollons partie 1 : semi-apollon, le retour !

Les apollons partie 1 : semi-apollon, le retour !

J’ai déjà rencontré le semi-apollon, parnassius mnemosyne, il y a 4 ans, au pied du mont Thabor, en Savoie. Je n’avais pu faire que quelques photos d’un spécimen dont l’aile s’était froissée durant sa sortie de chrysalide. Ne pouvant voler, il était forcément moins prompt à s’enfuir que les autres…

Semi-apollon posé sur un pissenlit. Parfois le support est bien choisit mais cela reste rare !
Semi-apollon posé sur un pissenlit. Parfois le support est bien choisit mais cela reste rare ! Sony A99, 100mm, f/4,5.

Continuer la lecture de « Les apollons partie 1 : semi-apollon, le retour ! »

Plaine des Maures : Lézards ocellés, Tortues d’Hermann et Sérapias !

Retour dans la plaine des Maures !

Un peu plus de deux après ma première et seconde visite de la Réserve Naturelle, me voici de nouveau à explorer dalles rocheuses et cours d’eau temporaires pour une dizaine de jours mais cette fois-ci au printemps avec un objectif particulier : le lézard ocellé !

Lézard ocellé à l'entrée de son gîte, plaine des Maures
Lézard ocellé à l’entrée de son gîte, prenant le soleil !

Continuer la lecture de « Plaine des Maures : Lézards ocellés, Tortues d’Hermann et Sérapias ! »

Aeschne bleue et épeire fasciée, deux sujets de fin d’été.

Ça y est, voici le mois de septembre ! Nos petites bêtes favorites sont toujours là mais il faut bien admettre qu’elles se font plus rares suivant l’endroit de France où on se trouve. Ce n’est plus l’effervescence de début juillet.

Faudrait-il déjà ranger le matériel en attendant la saison prochaine ? Bien sur que non !!

Car si le calendrier des insectes et autres bestioles a prévu des sujets en mars-avril pour commencer la saison, il en a aussi prévu pour le mois de septembre (et même octobre pour les plus chanceux) pour la finir en beauté !

Aeschne bleue femelle, l'une des grandes odonates de fin de saison. Sony A99, 105mm macro.
Aeschne bleue femelle, l’une des grandes odonates de fin de saison. Sony A99, sigma 105mm macro.

Continuer la lecture de « Aeschne bleue et épeire fasciée, deux sujets de fin d’été. »

Les grosses petites bêtes du sud, deuxième partie !

Il est maintenant temps de quitter la friche pour se diriger vers la lisière de la forêt. La nuit tombante laisse entendre le vrombissement de gros coléoptères, très gros même puisque le lucane cerf-volant, Lucanus cervus, peut dépasser les 8 centimètres de long !

Lucanus cervus à la recherche d'une femelle.
Lucanus cervus à la recherche d’une femelle.

Continuer la lecture de « Les grosses petites bêtes du sud, deuxième partie ! »

Ma première empuse !

Empuse

Première rencontre avec une empuse au milieu d’une pelouse sèche.

Reperée alors qu’elle se déplacait (un brin d’herbe escaladant d’autres brins d’herbes ça attire l’oeil !), cet insecte de la famille des mantes s’est arreté quand j’ai pointé mon objectif vers lui.

Aussi appelée diablotin, cette petite mante parait plutôt “expressive”, du moins si l’on peut utiliser ce terme pour un insecte. En tout cas elle est très photogénique et j’espère en rencontrer d’autres le plus tôt possible !

Portrait de mante religieuse.

Portrait de mante religieuse

Rencontre avec cette mante religieuse fin septembre. Effrayée par mon passage, elle s’était réfugiée au milieu d’une touffe d’herbe. Je me suis allongé devant elle. Elle est ressortie quelques instants plus tard et est restée immobile face à l’objectif.

Un regroupement de toutes mes images de mante m’a fait reconsidérer cette photo, laissée de coté au départ. La lumière assez diffuse et les couleurs tons sur tons ne permettaient pas à l’insecte de se détacher suffisamment du fond. Le passage en noir et blanc corrige cela et fait ressortir la texture de la tête et des yeux de la mante.

Habitante des prairies et pelouses, la mante religieuse se laisse très facilement photographier dès lors que l’on bouge lentement. Cependant, il faudra un peu de patiente pour immortaliser différentes poses, l’insecte pouvant rester dans la même position de très longues minutes !

L’émergence d’Anax Imperator, l’Anax empereur

L’Anax empereur est la plus grande libellule d’Europe, elle peut dépasser les 10 cm d’envergure.

La larve de cette espèce est aussi la plus grande que l’on puisse trouver dans les mares et étangs. Elle passera deux années dans l’eau.

L’émergence se produit au printemps de la seconde année. La larve cesse de s’alimenter quelques jours avant et effectue plusieurs sorties hors de l’eau afin d’adapter son système respiratoire à l’air libre.

L’émergence se produit la nuit ou très tôt le matin, la libellule prenant son envol avec les premiers rayons du soleil. La série de photographies ci dessous a commencée à 1h30 du matin pour se terminer 3 heures plus tard.

Emergence de l'anax empereur en studio sur fond blanc