Les grosses petites bêtes du sud !!!

Ah le sud !! Pays du rosé et de la bronzette mais aussi du moustique tigre, du scorpion languedocien et de la lycose de Narbonne.

A l’instar des vendeurs de glaces, les petites bêtes se portent mieux sous les rayons du soleil au point de n’être plus si petites que ça. Plus imposantes, pour certaines plus colorées et bruyantes (chères cigales…), chacune est un sujet d’émerveillement !

Voici donc quelques-uns des insectes et araignées que j’ai pu rencontrer lors de ce passage dans le sud. Commençons par la friche et son plus grand prédateur : l’argiope lobée, Argiope lobata !

Argiope lobata dans la garrigue, dégustant un criquet.
Argiope lobata dans la garrigue, dégustant un criquet.

Continuer la lecture de « Les grosses petites bêtes du sud !!! »

Ma première empuse !

Empuse

Première rencontre avec une empuse au milieu d’une pelouse sèche.

Reperée alors qu’elle se déplacait (un brin d’herbe escaladant d’autres brins d’herbes ça attire l’oeil !), cet insecte de la famille des mantes s’est arreté quand j’ai pointé mon objectif vers lui.

Aussi appelée diablotin, cette petite mante parait plutôt “expressive”, du moins si l’on peut utiliser ce terme pour un insecte. En tout cas elle est très photogénique et j’espère en rencontrer d’autres le plus tôt possible !

Découverte d’une oothèque.

Une oothèque

Cet après-midi, découverte d’une oothèque, une première pour moi. Fabriquée par la mante religieuse femelle, cette coque abrite plusieurs dizaines d’oeufs qui écloront au primptemps prochain, libérant la nouvelle génération de Mantis religiosa .

Portrait de mante religieuse.

Portrait de mante religieuse

Rencontre avec cette mante religieuse fin septembre. Effrayée par mon passage, elle s’était réfugiée au milieu d’une touffe d’herbe. Je me suis allongé devant elle. Elle est ressortie quelques instants plus tard et est restée immobile face à l’objectif.

Un regroupement de toutes mes images de mante m’a fait reconsidérer cette photo, laissée de coté au départ. La lumière assez diffuse et les couleurs tons sur tons ne permettaient pas à l’insecte de se détacher suffisamment du fond. Le passage en noir et blanc corrige cela et fait ressortir la texture de la tête et des yeux de la mante.

Habitante des prairies et pelouses, la mante religieuse se laisse très facilement photographier dès lors que l’on bouge lentement. Cependant, il faudra un peu de patiente pour immortaliser différentes poses, l’insecte pouvant rester dans la même position de très longues minutes !