Les apollons, partie 2 : l’apollon !

Voici donc l’apollon, le plus grand, le plus rapide, celui qui se joue des rafales de vent et des dénivelés grâce à son vol puissant !

Apollon sur sa marguerite, recto. Sony A99, sigma 105mm macro.
Apollon sur sa marguerite, recto. Sony A99, sigma 105mm macro.

Continuer la lecture de « Les apollons, partie 2 : l’apollon ! »

Les apollons partie 1 : semi-apollon, le retour !

Les apollons partie 1 : semi-apollon, le retour !

J’ai déjà rencontré le semi-apollon, parnassius mnemosyne, il y a 4 ans, au pied du mont Thabor, en Savoie. Je n’avais pu faire que quelques photos d’un spécimen dont l’aile s’était froissée durant sa sortie de chrysalide. Ne pouvant voler, il était forcément moins prompt à s’enfuir que les autres…

Semi-apollon posé sur un pissenlit. Parfois le support est bien choisit mais cela reste rare !
Semi-apollon posé sur un pissenlit. Parfois le support est bien choisit mais cela reste rare ! Sony A99, 100mm, f/4,5.

Continuer la lecture de « Les apollons partie 1 : semi-apollon, le retour ! »

Plaine des Maures : Lézards ocellés, Tortues d’Hermann et Sérapias !

Retour dans la plaine des Maures !

Un peu plus de deux après ma première et seconde visite de la Réserve Naturelle, me voici de nouveau à explorer dalles rocheuses et cours d’eau temporaires pour une dizaine de jours mais cette fois-ci au printemps avec un objectif particulier : le lézard ocellé !

Lézard ocellé à l'entrée de son gîte, plaine des Maures
Lézard ocellé à l’entrée de son gîte, prenant le soleil !

Continuer la lecture de « Plaine des Maures : Lézards ocellés, Tortues d’Hermann et Sérapias ! »

Randonnée dans le massif du Beaufortain !

Ce matin, découverte d’un nouveau lieu : le Beaufortain ! Enfin, découverte, c’est un grand mot. La phrase exacte serait plutôt « Petite ballade le long d’un cour d’eau dans une vallée du Beaufortain », mais ça ne rentrait pas dans le champ « Titre » !

Bref, le Beaufortain, c’est un groupe de montagnes, un massif pour employer le terme exact, situé au nord-est de la Savoie et ou est produit le Beaufort !

Parmi ses nombreux sommets se trouve la Pointe de la Terrasse, culminant à 2877 mètres, probablement enneigée toute l’année.

Massif du Beaufortain, combe de la Neuva, Pointe de la Terasse
Un petit assemblage panoramique pour capturer la totalité du site. Nikon D2x, 18-70mm.
Continuer la lecture de « Randonnée dans le massif du Beaufortain ! »

Les apollons, chapitre deux : … l’apollon !

Apollon au reveil, parnassius apollo, Vanoise - Nikon D2x, 180mm, f4.
Apollon au reveil – Nikon D2x, 180mm, f4.

L’apollon est le deuxième représentant français de la famille des Parnassius à prendre son envol, juste après son petit frère, le semi-apollon. Cette année, le printemps pluvieux et froid a retardé l’émergence des papillons, les chrysalides ont sagement attendues l’arrivé du soleil pour s’ouvrir. Résultats, les premiers apollons n’ont été observés que début aout alors que l’année dernière j’avais pu en voir plusieurs dès le 15 juillet dans le Vercors !

Mais finalement, le grand papillon blanc a décidé de prendre son envol. Je suis donc parti à sa recherche dans le parc national de la Vanoise, endroit bien connu pour ses paysages, ses glaciers, ses marmottes sympathiques et autres joyeusetés montagnardes.

Continuer la lecture de « Les apollons, chapitre deux : … l’apollon ! »

L’apollon du Vercors

Apollon des hauts plateaux du Vercors

Frrr frrr frrr ! Le bruissement des ailes du grand papillon blanc attire immédiatement l’attention.

Sa taille et ses ocelles rouge vif permettent de le distinguer facilement des gazés et autres piérides qui partagent son territoire
Continuer la lecture de « L’apollon du Vercors »

A la poursuite des dianes.

Diane dans les herbes sèches

Changement de département, changement de papillons ! Comparée au Val d’Oise, l’Ardèche est un paradis pour les lépidoptères ! Parmis les Citrons et Aurores de Provence, volant sans cesse de buissons en buissons en exhibant leurs ailes jaunes-oranges se trouve un papillon plus discret, volant juste au dessus des herbes sèches : la Diane.

Non contente de n’être présent qu’en petit nombre, Zerynthia polyxena a aussi le chic pour se percher sur des supports inesthétiques ! Ignorant les fleurs, le papillon préfère le fouillis des herbes voire le sol !

Heureusement, ce spécimen sympathique, perché à quelques dizaines de centimètres du sol, s’est laissé photographier quelques minutes malgré le vent agitant son reposoir.

Edit : après plusieurs sorties chez les dianes, j’ai pu réaliser d’autres images, visibles ici !

Vue sur la prairie aux papillons

La prairie aux papillons

Un matin de septembre, à la recherche des derniers papillons. La brume était présente et avait déposée ses gouttes de rosée sur chaque brin d’herbe. Je n’ai trouvé aucun insecte engourdi, mais l’ambiance m’a donné envie de prendre une vue d’ensemble de l’endroit.

Dans le sac, seulement l’objectif fisheye à l’angle de champs beaucoup trop large et le 200mm, trop long pour avoir la totalité de la prairie sur une seule image .

Je l’ai donc utilisé pour découper la scène en plus de 50 images dont je viens de terminer l’assemblage après plusieurs essais moins convaincants.

J’avais commencer par utiliser les fichiers à leurs tailles maximales : 12 millions de pixels. L’ordinateur a donc travaillé durant une journée entière sans résultat. J’ai donc réduit la taille des photos à 2 millions de pixels. Il a tout de même fallu plus de 3 heures au programme pour assembler toutes les images en un panoramique de 40 millions de pixel, définition déjà plus que suffisante.

C’est dans cette prairie, en fait une pelouse sèche, que j’ai prise mes dernières photos de petites-violettes et d’argus.

La petite violette au matin

Petite violette, clossiana dia

Retour dans la prairie aux papillons ou j’ai découvert deux petites violettes en cherchant les argus. Des deux, c’est cet individu qui se prêtait le mieux à une photo en plan large, le second papillon ayant eu droit à un portrait.
Le contre-jour détache Clossiana dia du fond tandis que le 200mm f2 permet de jouer avec le flou des plantes en arrière plan.

Argus bleu-nacré dans les herbes.

Argus bleu-nacré

J’ai découvert il y a quelques jours une petite prairie ou volent quelques argus. Après un repérage le soir, je suis retourné le lendemain matin pour photographier ces papillons au réveil.
Le ciel voilé laissait passer une lumière très douce, m’évitant de bruler les zones claires des ailes de l’Argus.