Test du Sigma 105mm F2.8 EX DG OS HSM Macro.

Sigma 105 F2,8 EX OS HSM macro
Sigma 105 F2,8 EX DG OS HSM macro

En matière d’objectifs macro, l’offre est abondante pour ne pas dire très abondante !

Entre les objectifs des fabricants de reflex, les objectifs des marques tierces, ceux conçus pour le plein format, ceux ne couvrant que le format aps-c, sans parler des différentes focales, il est parfois difficile de trouver l’objectif permettant d’aborder la plupart des sujets macro, offrant une excellente qualité optique, des technologies modernes et tout cela pour un prix raisonnable.

Et bien ne cherchez plus, vous l’avez trouvé !! Il s’agit du Sigma 105mm F2.8 EX DG OS HSM Macro.

Parenthèse : j’ai publié en 2013 un article s’intitulant “Le sigma 180mm macro comme premier objectif macro ? Pourquoi pas ?“. Si vous ne savez pas quelle focale choisir ou si vous souhaitez faire une comparaison entre cet objectif et le 105mm, jetez-y un oeil ;).

En voilà un nom à rallonge ! Comme pour le Minolta 70-200 f2,8 SSM, détaillons rapidement toutes ces petites lettres.

Nous sommes en présence d’un objectif conçu et vendu par Sigma, entreprise  japonaise créée en 1961, d’une focale de 105mm d’ouverture maximale F2,8.

Ce 105 appartient à la série EX, pour exceptionnel, rien que ça ! Le traitement de la lentille arrière est optimisé pour les capteurs numériques (DiGital).

Enfin deux aspects très importants, il est équipé d’un stabilisateur (OS) même en monture Sony, si si ! et d’un système de mise au point ultrasonique (HSM)

Papillon chouette du genre Caligo. Sigma 105mm, f3,2.
Papillon chouette du genre Caligo. Sigma 105mm, f3,2.

Construction

La qualité de construction est très bonne, tout en métal ou presque, il se dégage une impression de solidité rassurante. Le revêtement noir lisse semble plus résistant au temps que l’ancien revêtement granité qui finissait par se décoller par petit bouts.

Contrairement à l’ancienne version (visible dans l’article sur le 180mm), la mise au point est interne, le fut ne s’allonge donc pas. La mise au point est rapide pour un macro (donc moins que mon 70-200 f2,8) et silencieuse.

La bague de mise au point est assez fluide, pas autant qu’un zeiss 100 f2 makro, mais tout à fait efficace. Elle est large et rainurée pour une bonne prise en mains.

Le pare-soleil est efficace, il protège l’objectif du soleil et du reste (chocs, petites branches…). Sa fixation est…fixe ! Il ne bouge pas.

Pour les possesseurs d’appareils à capteur aps-c, sigma livre une rallonge dans la boite. Utilisant l’objectif sur un A99 je n’ai monté cette rallonge qu’une seule fois, pour voir et elle rend l’objectif vraiment très long, trop long pour faire de la macro de petits insectes farouches.

Ancolies communes. Sigma 105mm, F3,5.
Ancolies communes. Sigma 105mm, F3,5.

Optique

Niveau qualité optique, rien à redire. Il est très bon dès la pleine ouverture (sauf les coins que je trouve à la peine sur mon exemplaire) et excellent ensuite. Je n’ai jamais trouvé de trace d’aberrations chromatiques même sur des photos à très forts contrastes. Il y a un peu de vignétage, à f2,8 et f4 qui s’enlève facilement en post-traitement.

Les flous d’arrières plans sont très bien rendus aux grandes ouvertures. En revanche, le fond devient rapidement très présent passé f5,6 en proxi-photo (sauf si celui est assez éloigné comme sur l’argiope ci-dessous).

Sur le terrain, l’objectif est très agréable à utiliser, je n’ai jamais eu de soucis techniques (faux contact, stabilisateur faisant n’importe quoi…) avec. Il est léger, relativement peu encombrant et très efficace pour les insectes peu craintifs. Pour les autres (grandes aeschnes, certains papillons ou araignées, reptiles) cette focale est un peu courte et demande une approche plus discrète qu’un 150 ou 180mm.

La femelle est très caractéristique par la forme de son abdomen et ses dessins. Elle mesure 18 à 22 mm. Le dessous montre un damier jaune et noir qui se confond avec le sol de la garrigue où elle vit : l'araignée se tient en effet au revers de sa toile légèrement inclinée. La forme des festons et la longueur de la pointe terminale sont variables. Il faut deux années pour que les épeires deviennent adultes et se reproduisent. Les mâles rencontrent avec prudence les femelles sur leurs toiles et les fécondent. S'en suit alors un grossissement de l'abdomen de la femelle jusqu'à ce qu'elle fabrique un cocon où elle dépose les oeufs. Après la ponte, celle-ci meurt d'épuisement. Plus tard, les jeunes épeires sortent du cocon et se dispersent au grès des courants d'air, portées par leur toile.
Argiope lobée. Sigma 105mm, f7,1.

Finalement, je ne regrette pas l’achat de cet objectif qui pour un prix raisonnable (450 € – tout est relatif bien sur !) fournit des images de très bonne qualité, des technologies modernes (motorisation ultrasonique et stabilisateur) et une garantie de 3 ans !

Vous l’aurez compris, je ne peux que vous le conseiller !

Aeschne bleue. Sigma 105mm, f3,2.
Aeschne bleue. Sigma 105mm, f3,2.

3 pensées sur “Test du Sigma 105mm F2.8 EX DG OS HSM Macro.”

  1. Bonsoir,

    Test simple et efficace visuellement. Merci.
    Est-ce que l’ouverture est glissante en fonction de la distance de mise au point. c’est ce que me fait mon Tamron 90mm VC.
    je pense qu’il en est de même mais à tout hasard je demande!

    merci encore
    Didier

    1. Bonsoir, merci pour votre passage :)

      tous les objectifs macro laissent entrer de moins en moins de lumière au fur et à mesures qu’ils se rapprochent du rapport de reproduction maximal, cela est du à leurs formules optiques. La perte va jusqu’à deux diaphragmes pour les objectifs les plus anciens. Le principe est le même en utilisant des bagues allonges : plus la longueur de bagues est importante plus la perte de lumière est importante.

      Certains boitiers affichent cette perte de lumière. Par exemple, au rapport 1:1, il n’est pas possible de sélectionner l’ouverture f2,8 sur un 105 macro Nikon, le maximum est f4.
      Sur mon Sony et chez Canon, le boitier n’affiche pas cette perte de lumière mais elle est bien prise en compte dans le calcul de la vitesse d’obturation.

      La réponse est donc oui, mais c’est tout à fait normal ;)

      1. Et bien voilà une réponse bien expliquée.

        Je ne suis pas un as de la macro et j’avoue ne pas avoir creusé le sujet.
        je comprends mieux à présent et effectivement avec mon 90 Macro de Tamron, le boitier m’affiche bien la perte de diaph sur Nikon.

        Merci beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge